Menu

Actualités

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > pilule entreteien avec le Dr Berengere Arnal 2 partie

pilule entreteien avec le Dr Berengere Arnal 2 partie

Le 07 janvier 2013
Les pilules de la 2e génération présentent donc un risque minime ?
Non, pas vraiment. Actuellement, on parle du risque veineux, mais pas assez du risque artériel. Pourtant la recommandation récente de l'Agence du médicament souligne que toutes les pilules comportent des risques de thrombose artérielle (accidents vasculaires cérébraux, infarctus). D'ailleurs, la jeune femme qui vient de déposer une plainte contre Bayer Santé a été victime d'un accident cardiovasculaire cérébral (AVC), un risque que courent toutes les femmes sous pilule oestro-progestative, quel que soit le type de génération de pilule. Je connais une femme qui était psychomotricienne et dont la vie a été brisée il y a 20 ans à la suite d'un AVC dû à une pilule de 2e génération. Elle est aujourd'hui tétraplégique.
D'après-vous, on parle trop peu des cancers du sein associé à la pilule...
Oui. Pourtant, en 2005, le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) a classé la pilule parmi les produits cancérogènes du "groupe 1", ceux dont l'action est "certaine" pour les cancers du sein, de l'utérus et du foie. Cela est particulièrement vrai avec certains progestatifs synthétiques ou avec les pilules fortement dosées en oestrogènes. Afin de privilégier des taux d'oestrogènes les plus faibles possible, il faut s'orienter vers les pilules les plus récentes au sein de la 2e génération et éviter les vieilles pilules. Malheureusement, ce sont les plus prescrites. Encore remboursées par la Sécurité sociale, certaines datent de 1974 ! J'aimerais rappeler que la première chose que l'on dit à une femme présentant un accident thrombo-embolique ou un cancer du sein, c'est stoppez immédiatement votre pilule ou votre traitement hormonal de ménopause.
On parle aussi d'une baisse de la libido chez les femmes sous pilule, vous le constatez ?
Oui, c'est fréquent, sans compter les états dépressifs, la nervosité, la cellulite, les jambes lourdes... Ce qui est le plus frappant, c'est la restauration immédiate de la libido à l'arrêt de la pilule !

Plan d'accès

Voir le plan d'accès

Newsletter

Inscrivez vous a la lettre d'information